Le Vol de Fret : la faute inexcusable de plus en plus prononcée

Le vol de fret est un fléau pour le transport routier, cela ne date pas d'hier, de même que le concept de PSPL. C'est certainement pour cette raison que les juges estiment de plus en plus que le transporteur, de par son métier et son expérience dans le domaine, ne peut plus dire qu'il ignorait que l'endroit où son ensemble routier s'est arrêté avait mauvaise réputation. Les arrêts en ce sens ne manquent pas. Florilège...

 Pas besoin d'abonnement pour avoir accès à des contenus payants, il suffit de lire le "teaser" pour comprendre que l'heure n'est plus au jeu du chat et de la souris.

Les conséquences pour le transporteur routier lui-même comme pour le secteur de l'assurance en général posent des défis qui ne peuvent être relevés que si tout le monde se met autour d'une table pour discuter de la réalité et de la meilleure manière de l'affronter. Les chargeurs et destinataires, en tant que donneurs d'ordres, ne peuvent esquiver l'invitation à venir s'asseoir autour de la table.

La courbe des vols de fret depuis une dizaine d'années est de forme ascendante, même si elle connaît des palliers, mais le répit est rarement de longue durée.

2018 "bat" donc 2017, et sera vraissemblablement battue par 2019.

Vagues de migrants oblige, le vol de produits de première nécessité voit sa part augmenter année après année dans le total : elle a passé les 15% et atteindra rapidement les 20%. Comme annoncé dans un précédent article, le vol de fret ne rime plus uniquement avec produits de luxe ou high-tech uniquement. Les vols n'ont plus lieu uniquement dans des espaces ouverts à tout vent. Il se produisent également dans des parcs clos, surmontés de barbelés et vidéosurveillés.

Mais la moindre faille est exploitée. Que ce soit une faiblesse dans la clôture, un mauvais entretien de celle-ci ou une couverture vidéo partielle, tout y passe. Les voleurs testent, valident et exploitent. Comme le font les "hackers", comme le font les nuisibles autour d'un poulailler. C'est vieux comme le monde et pourtant la cause d'un réseau national de PSPL fait du sur place.

Quel sera le déclencheur ?

A quel prix ?

Après combien d'entreprises liquidées suite à une quittance d'assurance qui explose ?

Après combien de centaines d'emplois de chauffeurs détruits ?